L’entreprise

WEBSITE UNDER CONSTRUCTION !

Entreprise sociale.

Une formation Haute Couture.

Un travail minutieux et soigné.

Personnalisation. Imprimerie, broderies, ...

Un travail minutieux et soigné.

Un travail minutieux et soigné.

Un travail minutieux et soigné.

Un travail minutieux et soigné.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
PlayPause
previous arrownext arrow
Shadow
Slider

Entreprise sociale.

Extrait du reportage “Les petites mains”. Envoyé spécial. France 2. (2′ 38″)

Conditions de travail.

 

Pour des raisons de rentabilité, de productivité et d’optimisation des profits, les marchands ont souvent recours aux productions en batterie afin de pouvoir utiliser du personnel non qualifié à bas prix. En effet, il n’est ni utile ni besoin qu’une opératrice sache monter un vêtement. Il suffit juste de lui apprendre un geste. Elle passera alors la pièce à sa voisine qui en aura appris un autre et ainsi de suite… Cela offre aussi l’avantage de laisser les personnes interchangeables  et corvéables à merci! 

Extrait du reportage “Les petites mains”. Envoyé spécial. France 2. (1′ 47 “)

Salaires et protection sociale.

 

La plupart des grands acteurs de l’industrie textile sont en recherche permanente de bas coûts de production. Le salaire des employés est la première cible dans ce domaine. Aussi il n’est pas rare de voir des salaires de 50€ par mois pour 16 heures de travail par jour. Les couvertures sociales y sont souvent inexistantes.

Nos ateliers sont à taille humaine.

Chez Fair Fashion, l’ambiance est conviviale. Les repas y sont gratuits contrairement à beaucoup d’usines où les employés sont obligés de les prendre et de les payer à la cantine de leur entreprise (Toujours ça de pris en plus). Les femmes qui le souhaitent peuvent également être logées gratuitement.

En cas de besoin ou d’imprévu, FF prète aussi de l’argent à ses employés à 0 % d’intérêts.

Salaires & protection sociale.

Chez Fair Fashion, le salaire est de 300 € par mois pour 44 heures de travail par semaine pour une couturière. Soit approximativement le double du salaire minimum au Vietnam. Chaque employé bénéficie d’un treizième mois et d’une couverture sociale santé pour eux et leur famille. Les heures supplémentaires éventuelles et non obligatoires sont majorées de 50%.

Parfois, nous nous permettons aussi un peu de bon temps ! Par exemple.

Une formation "Haute Couture".

Maître Nghi.

Depuis sa création en 2004, toutes les couturières de FF ont étés formées par Phan Thi Nghi. Reconnue par ses pairs vietnamiens comme étant une des meilleurs tailleur du Pays. Elle l’est aussi par de nombreux professionnels internationaux du secteur. Pour exemple, Armelle qui a été plus de 15 ans styliste designer chez Kenzo  et pour qui nous confectionnons sa propre marque aujourd’hui, nous a confié “Là où on confectionnait les nouvelles collections, il n’y avait personne qui arrivait à la cheville de Nghi. Pour pouvoir confectionner un prototype, il fallait s’adresser au moins à quatre personnes différentes. Elle, elle maîtrise tout.”

Pour elle, un beau vêtement doit être aussi beau à l’intérieur qu’à l’extérieur !

Diplôme.

Est considérée comme couturière confirmée les élèves qui sont aptes à confectionner seule un AO-DAI  (vêtement traditionnel vietnamien) avec les soies les plus fines de façon solide sans que les coutures ne déchirent le tissu. Une fois ce niveau atteint, tout travail de confection leur paraît “facile”.

En principe la formation couture dure entre 2 et 3 ans. Pour celles qui le souhaitent, elles recevront aussi une formation patronage et coupe qui nécessite 2 à 3 ans de plus. Dés lors, on ne parle plus de couturières mais de tailleurs.

Les formations sont dispensées gratuitement. Dés le niveau couture atteint, elles travaillent alors à la production de Fair Fashion.

Avenir.

Contrairement à l’Industrie textile qui ne forme surtout pas ses employés car ils pourraient demander une augmentation ou tout simplement s’installer à leur compte. Chez FF, c’est un objectif et un succès !

A ce jour FF a formé plus d’une centaine de femmes. Certaines ont créé leur propre entreprise sur le marché local. Quand c’est nécessaire FF leur fournit du travail en sous-traitance le temps qu’elle se fasse leur propre clientèle. Certaines d’entre elles forment ou ont formé à leur tour  leurs propres employés dans le même état d’esprit.

Un travail minutieux et soigné.

Avant la confection des vêtements, nous lavons les tissus pour éviter les phénomènes de rétrécissement , de délavage, décoloration , … lors de l’usage.

Avant emballage, chaque article est soigneusement repassé et plié.

Avant repassage chaque article est soigneusement inspecté et débarrassé des bouts de fils éventuels.

Personnalisation: Broderies, imprimés, ....

A partir de 100 pièces, Nous pouvons personnaliser vos vêtements, accessoires et autres selon vos désirs.

Imprimerie:

Sérigraphie ou Laser.

Broderie:

Mécanique ou à la main.

 

Matières premières sélectionnées.

Depuis plus de quinze année FF a tissé des liens avec quelques producteurs et distributeurs garants d’une qualité et d’un suivi  optimal.

 

Quand nos fournisseurs ne sont pas en mesure de certifier la qualité et la sécurité des matériaux, nous les faisons analyser par les laboratoires “Intertek” internationalement reconnus par les instances  de conformité dans le monde entier.

 

Aujourd’hui, la législation vietnamienne impose des conditions drastiques quand à l’importation de matières pouvant être néfastes pour la santé. L’objectif du pays étant la norme REACH (Registrament, Evaluation and Authorisation of Chemicals).

Dans la mesure du possible, FF utilise au maximum  des matériaux issus des filières de recyclage.

Nos actions.

Fair Fashion a été créé par l’ONG Alliance Anti Trafic dans le but d’offrir un environnement sain et épanouissant  aux victimes du trafic sexuel qui ont choisi la couture comme métier de réhabilitation.

Mais c’est aussi

  • Fournir un environnement sain et épanouissant aux victimes du trafic sexuel qui ont choisi les métiers du textile pour leur réhabilitation.
  • Être une structure autonome financièrement et utiliser les bénéfices au développement de projets visant à combattre l’esclavagisme sous toutes ses formes.
  • Faire prendre conscience au grand public de l’impact qu’il peut avoir sur  l’esclavagisme de l’ndustrie textile en modifiant ses réflexes de consommation “grandes marques”.

Notre histoire.

Contact us
close slider